( 21 décembre, 2012 )

21 décembre

Enfin en vacances !

Les dernières semaines ont été vraiment étranges. Le repas annuel avec mon père a été placé sous le signe de l’extrême. Extrême en tout !

D’abord, ma soeur était présente, la nouvelle bimbo de notre père était aussi jeune qu’elle et pour cause ! Elles ont été à l’école ensemble ! Autant dire que l’ambiance à table n’a été allégée que par la dose d’alcool qui a été versée dans les verres. Nous avions un serveur à qui j’avais glissé la consigne de remplir les verres chaque fois que c’était vide. L’atmosphère était étouffante et est devenue complètement surréaliste lorsque j’ai aperçu ma mère deux tables plus loin avec son nouveau boy-friend ou sex-toy, tout dépend du point de vue. Là, j’ai su que ça allait devenir carrément explosif. Elle était placée presque en face de mon père. Lorsque ces deux-là allaient s’apercevoir… J’espère que les gérants du restaurant sont bien assurés d’ailleurs !

Bref, ce qui devait arriver, est arrivé. Ils se sont aperçus, ont commencé leur guerre froide. C’était à qui riait le plus fort, qui commandait la bouteille de champagne la plus chère tout en fusillant l’autre du regard. Le pauvre garçon qui accompagnait ma mère et Bimbo numéro X ne savaient plus où se mettre ! Ma soeur était aux anges, on aurait dit un chat sur le point d’avaler un canari. Au début, j’étais sans réaction et puis j’ai pris le parti d’en rire aussi et de m’amuser. Nous étions le point de mire de plus de la moitié du restaurant. J’ai survolé du regard tout ce beau monde tiré à quatre épingles et j’ai croisé un regard vert amusé. Rapide vérification : pas d’alliance et seul. Avec un sourire, il a levé son verre dans notre direction. Le geste a achevé de me décrisper et m’a ramenée définitivement l’envie de jouer.

Je savais ce que je voulais mais ce que je ne savais pas c’est si mon camarade de jeu allait me suivre.

L’avantage de venir toujours dans le même restaurant depuis des années, c’est qu’on en connait les moindres recoins. L’un d’entre eux était une zone perdue, cachée par des plantes très fournies. Cette zone était tellement petite qu’on ne pouvait rien en faire. Mais moi, je savais.

Tout en réfléchissant, je suppose que j’ai dû avoir l’expression d’une chatte gourmande car il ne m’a pas quittée des yeux et son sourire s’est quelque peu effacé. Je me suis levée et ai filé dans les toilettes. Ce soir là, je ne portais pas de soutien-gorge, ma robe ne le permettait pas. En revanche, le sous-vêtement existant a été soigneusement plié pour tenir dans une vieille enveloppe retrouvée dans mon sac.

En sortant, j’ai arrêté un serveur qui passait devant moi et lui ai demandé de donner l’enveloppe aux yeux verts. Puis, je suis allée me rasseoir tout en anticipant ce qui allait se déroulait. Ces quelques gestes avaient décuplé mes envies lubriques. Je me suis tournée en face de lui et ai attendu. Je n’ai pas eu à attendre longtemps. Le serveur a déposé l’enveloppe sur sa table puis est reparti. Les yeux légèrement interrogateurs, il a pris l’enveloppe et l’a ouverte. Un sourire intéressé est apparu. J’ai regardé toute la scène en jouant avec mon ongle, la bouche entrouverte. Il m’a regardée en désignant du doigt l’enveloppe. Je me suis levée et me suis dirigée vers la petite alcôve obscure et cachée. Peu de temps après, les feuilles de la plante se sont écartées et ma robe est remontée le long de mes cuisses. Un vrai délice de félicité et de perversité silencieuse. Rien n’aurait pu m’arrêter et rien ne l’a fait !

 

Je sens encore sa peau sur la mienne, j’entends encore sa respiration hachée, le plaisir à l’état brut qui enfle et finit par exploser. Et aujourd’hui, je suis en vacances. Libre de mon emploi du temps, prête à fêter beaucoup de choses.

Pas de commentaires à “ 21 décembre ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|