( 15 septembre, 2012 )

15 septembre

Ce qui devait arriver, est arrivé !

Je ne sais pas ce qui pousse ma mère à venir chez moi si tôt le matin. Choisit-elle ces moments pour s’assurer de mon attention pleine et entière ? Ou est-ce pour accentuer l’effet dramatique de ces plaintes ? Je finis par me dire que je suis trop cynique. Voir ma mère les yeux larmoyants, le nez dans son mouchoir n’a eu comme effet que de m’agacer prodigieusement. Suis-je insensible ? Non. Fatiguée ? Oui, sans nul doute. Fatiguée qu’elle vienne sans cesse se plaindre dès que quelque chose ne va pas comme elle le veut.

Il m’a tout de même fallu patienter que Madame finisse d’éponger ses larmes et qu’elle s’éclaircisse la voix avec un irish coffee avant qu’elle ne daigne me dire la raison de sa présence de si bonne heure chez moi.

Après seulement quelques mois de mariage avec son bellâtre, elle divorce. C’est aussi simple que ça. Il semblerait que son jeune époux ait trouvé une compagne de jeu un tantinet plus jeune que ma mère. Et un tantinet plus fortunée aussi. A la réflexion, finalement, peut-être suis-je insensible. Je ne comprend toujours pas ce besoin qu’elle a de courir après les hommes de cette façon. Et surtout pourquoi vouloir à chaque fois se marier avec chacun d’entre eux ? A vrai dire, je la soupçonne fort de vouloir se venger de l’attitude de mon cher papa qui lui aussi court après des femmes qui sont parfois plus jeunes que ses propres filles. Leur petite guerre m’exaspère et m’attriste en même temps. Si encore, c’était seulement entre eux. Mais non, à chaque fois, il faut qu’ils nous prennent, ma soeur et moi, comme témoin de leurs petites joutes. C’est lassant et parfois quelque peu dérangeant.

Il est très difficile de faire entendre la vérité à celui qui ne veut pas entendre. Et sur le sujet de ses maris, elle est sourde comme un pot !

Pas de commentaires à “ 15 septembre ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

«    »
|